« Hey Coach, je n’arrive pas à atteindre mes objectifs sportifs et/ou physiques pourtant je n’arrête pas de m’entrainer !?  »

Alors cette question je l’adore parce qu’elle est parfois posée comme un reproche ! Bah oui c’est plus simple de penser que cela puisse venir des programmes du coach que d’une problématique personnelle… Et pourtant…

Voyons tout d’abord le processus de progression puis un des facteurs importants de l’échec, voir même de la régression et la manière d’éviter son apparition.

Nous évacuons rapidement le principal frein à la progression, le manque de pratique car tout le monde comprendra bien que si l’on s’entraine 1 fois par semaine 30 minutes, les résultats vont se faire attendre longtemps, très longtemps. Mais à contrario s’entrainer tous les jours et à raison d’au moins 2 heures par séance (soit plus de 10 heures par semaine) nous assure-t-il d’atteindre nos objectifs ??

Prenons pour exemple, une de tes copines qui va chaque jour de la semaine à la salle (cas typique à la limite de la bigorexie* ?). Elle est persuadée que louper un jour de training va lui faire prendre du poids et perdre sa condition physique, pourtant elle n’est pas vraiment « Fit » et il t’arrive assez souvent de réaliser des performances bien au-delà des siennes. C’est un cas typique !

Évidemment nous ne parlons pas ici d’une personne sportive professionnelle, mais d’une personne qui travaille et qui sur son temps libre pratique des activités physiques. Elle s’entraine très régulièrement mais ne progresse plus et pire que ça elle régresse !

PETIT RAPPEL – Mieux comprendre les « macros » processus de progression : lors de ton entrainement sportif, tu crées un stress au niveau de tes tissus musculaires et de ton organisme. Pour répondre à ce stress, le corps va pendant une période appelée « récupération » améliorer tes tissus musculaires et booster ton organisme. Ce tour de magie métabolique est possible grâce à La Récupération qui elle-même dépend de plusieurs facteurs (sommeil, alimentation…). Donc si tu me suis bien c’est lorsque tu te reposes que tu progresses, l’activité physique te permet juste de créer un stress, c’est un stimulus !

→ Retour à ta copine qui ne progresse plus alors qu’elle s’entraine très (trop) régulièrement.  Je lui conseillerais de prendre un peu de recul et de répondre à ces 4 questions simples :

Note de 1 à 10, 1 étant la notre basse :

-Question 1-
La qualité de ton sommeil de la nuit dernière ?
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10

-Question 2-
Ta forme physique du jour ?
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10

-Question 3-
Ton moral du jour ?
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10

-Question 4-
Ton appétit de la journée ?
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10

-Question subsidiaire-
Ta libido ?
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10

Question subsidiaire qui est pour moi encore plus révélatrice mais qui est comment dire… un peu intime et personnelle : saches que les variations de libido et notamment les périodes de baisse « d’envie » sont généralement à associer à un trop grand volume d’entrainement (pour info : sur des athlètes de très bon niveau nous utilisons également un test de Fréquence Cardiaque au repos).

-Résultats-

Si jamais pour au moins 3 questions, ses réponses sont inférieures à la note de 4 sur 10, ne cherchons pas plus loin pour le moment : elle est probablement en surentrainement ! C’est à dire que sa récupération n’est pas à la hauteur de ses entrainements et que son corps n’a pas le temps de récupérer correctement. Progressivement cet état mène à la régression sportive, à l’épuisement physique et la perte des ressorts psychologiques indispensables au bien-être.

*La bigorexie, maladie reconnue par l’OMS, est une addiction qui concerne les personnes devenues dépendantes d’une pratique excessive du sport. Cette addiction oblige la personne atteinte à ne plus pouvoir se passer de sport. Celle-ci ne se sent pas bien lorsqu’elle ne peut pratiquer son activité sportive.

MES CONSEILS DE COACH SPORTIF BeeFit  :
Moralité : le mieux est l’ennemi du bien ! Et ce célèbre adage colle parfaitement au sport.

Ton coach doit donc être suffisamment soucieux de ta récupération pour que tu progresses et il doit même par moment te stopper quand l’entrainement peut devenir dangereux (risques de blessure ou autre…).
Encore une fois j’expose ici une des facettes du manque de progrès qui nous mine parfois lorsque l’on se donne du mal lors des trainings mais il existe bien d’autres facteurs.
Le surentrainement est non seulement une source de régression mais également bien souvent une source de blessure. Alors protégeons-nous en considérant notre récupération comme un moyen faisant partie intégrante du processus de progression. Soyons vigilants aux premiers signes de fatigue, et soyons suffisamment lucide afin de s’octroyer par moment des entrainements de récupération !
N’oublions pas que la journée type d’un sportif de haut niveau consiste à manger, s’entrainer et dormir. Tout le monde ne peut pas se permettre ce genre de routine quotidienne…

« La vérité est un concept évolutif ! »

Sébastien

Coach sportif et co-fondateur BeMySport

Abonne-toi !

Une source de motivation pour accéder au bien-être sportif !

Félicitations, ton inscription est réussie !

Share This